mardi 26 juin 2012

Chronique : La fille qui ne croyait pas aux miracles (Wendy Wunder)






Titre VO : The probability of miracles
Titre VF : La fille qui ne croyait pas aux miracles
Auteure : Wendy Wunder
Black moon, Grand format, 375 pages, 16 euros
Sortie française : 25 Avril 2012








Synopsis : 

 Campbell a 17 ans. Atteinte d’un cancer, elle est persuadée qu’elle va mourir avant ses 18 ans. Déterminée à la sauver, sa mère l’embarque dans un road-trip en direction de Promise, une ville magique réputée pour ses miracles. Résignée, Campbell ne croit pas plus à une possible rémission qu’aux superstitions ridicules de sa mère, mais se laisse tout de même entraîner dans cette aventure. Arrivées à destination, elles sont vite témoins d’événements inhabituels : les pissenlits deviennent pourpres, on aperçoit des flamants roses au large de l’Atlantique et Campbell retrouve une mystérieuse enveloppe contenant une liste de choses à faire avant de mourir… Aidée d’Asher, un garçon non moins mystérieux, Cam exécute peu à peu chaque point de la liste et apprend à croire en elle, en l’amour, et même… aux miracles.

Mon Avis : 

Je n'ai trouvé qu'un seul mot pour ce livre; Magique. 

  L'écriture de W.Wunder est simple, fluide, rien de bien complexe, même si elle est agréable, la force même du texte ne se puise pas dans le style de son écriture,un peu dans ses mots, il est vrai, mais elle se puise surtout dans l'histoire, dans le décor, incroyable, irréel. Enfantin, pétillant de couleur; Magique. C'est ce qui m'a fait avaler le livre en un petit jour, seulement.

Pourtant, notre héroïne n'est physiquement parlant pas comme ça, elle s'habille en noir. Cam est quelqu'un qui ne croit pas aux miracles, elle est malade, elle sait qu'elle va mourir, si elle elle meurt, alors pourquoi les miracles existeraient ?   Elle fait sa vie, elle a son petit caractère, solitaire et un poil rebelle. Jusqu'à ce qu'elle tombe sur une liste flamant rose, faite avec sa meilleure amie, aussi atteinte d'un cancer. A travers ses deux amies, c'est toute une histoire qui se déroule, émouvante, forte, brisante... tout comme l’histoire elle même, c’est infiniment tragique, mais la voie que l'histoire prend, la rend terriblement belle. Tellement que j'ai failli versé une larme ou deux, à des endroits... 

On nous plante au début dans un univers en soit, déjà magique qu'est le parc Disney à Orlando. On vogue dans l'esprit Aloha de la mère de Cam et un peu du sien. Alicia, la mère de Cam, grâce à qui, elle et sa sœur Perry, vont aller dans le Maine, à l'autre bout du pays, dans la petite ville de Promise. La ville des miracles.


  La légende dit que Promise est protégé par l'esprit qui l'a construit des siècles plutôt, et que tout son habitants vivent parmi les miracles, mais quiconque la quitte, voit sa chance tourner... 

 Alicia et Perry croit aux miracles, et durant tout le livre, c'est un vrai combat pour donner cette croyance à Cam. Mais celle-ci va devoir se rendre à l’évidence, une part de miracles existe.  Car la ville de Promise semblerait bien être miraculeuse... Sur les collines s'étendent des pissenlits violets, dans un lac on peut voir des flamants roses, ces oiseaux qui vivent en floride, et Tweety, le canari de Cam perdu en cours de route est là, devant le paillasson de la maison d'Asher, le jeune homme qui a proposé son aide aux trois femmes... 

Une nouvelle vie commence à Promise, faite de miracles, naturel ou non, Cam revit, elle se fait des amis,et commence à réaliser chacune des choses notés sur sa liste, elle rit elle est heureuse, elle vit. Le cancer ne semble plus être que moindre dans sa vie, et là, on se met à espérer, même si l'espoir est quelque chose que Cam se refuse à accepter.

Dans ce livre, on découvre une histoire différente des autres, si le thème fait penser à Je veux vivre de Jenny Downham dans un premier temps, il est bien diffèrent, même si les grandes lignes sont du même genre. Dans ce livre tout est beau, ce qui ne l'est pas le devient. C'est l'effet de Promise, l'effet de ses habitants, aux caractères inhabituels, lâché, vivant, joyeux, pétillants. Original, unique. Car chaque personnage dans cette histoire est original, chaque personnage a ses attraits, qui nous font l'aimer, l'apprécier. Et Espérer, toujours.

C'est un combat contre la mort, mais aussi contre la vie, contre soi-même, contre le monde. C'est une bouffée d'air frais, et un rayon de soleil, une douche froide, et un bain en mer un jour de Juillet. Quelque chose de déchirant, détruit, et quelque chose emplis d'amour, bénéfique. L'amour donne des ailes, c'est connu, dans ce cas ci, il donne aussi des nageoires, pour nager et voguer dans l'immensité de l'océan.

Ce livre en est presque une leçon de vie : Vivre, c'est tout ce qui compte. 
C'est ce que Cam va comprendre, aidé par son entourage. L'histoire en elle est assez tragique donc, d'un côté, mais cette originalité, cette légèreté avec laquelle Cam prend certaine chose, et son ''presque humour" rendent les choses supportables, moindres, elle les transforme en choses de couleurs, et non noir et blanc, comme elles auraient pu l'être. 

La façon dont l'histoire est conté, les personnages, le décor, et le déroulement, tout cela n'est pas commun, et par certain abord, ça peut paraitre étrange, et c'est ce que qui fait la force de ce livre, son côté unique. Pas comme les autres.
A certains moments de l'histoire on passe un peu vite, comme si elle était réduite, et les actions se succèdent, comme s'il manquait quelque chose, ça peut être déstabilisant, mais on peut aussi vite passer outre. 

En conclusion, ce livre, magique et merveilleux, bourré d'espoir, d'amour, d'amitié, de couleurs, de joie, nous rappelle une fois de plus combien même quand tout est perdu, la vie peut être belle à un point que c'en ferait presque mal. Il suffit de voir le monde d'une autre façon, et tout devient plus facile. Plus beau.
Un merveilleux livre, qui entre dans la catégorie des livres à relire, sans modération.

Petite citation :

''Il y a deux façon de vivre sa vie, l'une en croyant que rien n'est miraculeux, l'autre en croyant que tout l'est.'' Albert Einstein. 

''L'espoir trouve en lui même sa propre récompense''

Petite information sur l'auteure et son roman :

Un extrait du livre ici

Quand elle ne passe pas son temps à écrire ou à s’occuper de sa famille, Wendy Wunder enseigne le yoga à Boston. La Fille qui ne croyait pas aux miracles est son premier roman.

Les deux  couvertures VO :


4 commentaires:

  1. Coup de coeur pour ce livre :) tes photos sont très jolies !

    RépondreSupprimer
  2. Oui ce roman ce dévore & l'héroïne a beaucoup de force ! Je suis d'accord avec toi :) & j'aime beaucoup ta conclusion !

    RépondreSupprimer